ppt L' EPAULE

L' EPAULE   Auteur:. | taille:581.50 K | Voir:250 | page:88

SEMIOLOGIE de L’ EPAULEL ’ EPAULEL’EPAULEGénéralités: 5 articulations : gleno-humerale, acromio claviculaire, sterno-costo-claviculaire, omo-sératique, sous- acromio-deltoïdienne). Entité neuro végétative+++ Carrefour neuro articulaire++ La glèno- Humérale dépend de l’équilibre...  
SEMIOLOGIE de L’ EPAULEL ’ EPAULEL’EPAULEGénéralités: 5 articulations : gleno-humerale, acromio claviculaire, sterno-costo-claviculaire, omo-sératique, sous- acromio-deltoïdienne). Entité neuro végétative+++ Carrefour neuro articulaire++ La glèno- Humérale dépend de l’équilibre entre le deltoïde et les fixateurs de la tête dans la glène ligaments actifs+++ INTERROGATOIRE Age, sexe, membre dominant, profession, activités de loisirs et sports pratiqués. les caractères de la douleur: -Mode d’installation: progressif ou brutal. -Impotence fonctionnelle. -Circonstances déclenchantes: -Surmenage -Traumatisme scapulaire direct ou indirect, -Effort de rattrapage. -Siège de la douleur: -Irradiations. -« Accrochage douloureux » caractéristique dune pathologie de la coiffe. en abduction ou en antépulsion. INTERROGATOIRE ( suite)- Rythme : épisodique ou permanente, à leffort ou au repos, diurne ou nocturne. Durée ;évolution. Traitement médical: antalgiques et/ou dAINS. infiltrations(nombre). Traitements physiques. Antécédents: -Traumatiques du membre supérieur. -Prises de médicaments au long cours (barbituriques). Antécédents généraux (diabète …). REMARQUES: - Pas de valeur localisatrice (sauf A°Cl.). -Reproduite par les mouvts. de l’épaule. -Rarement postérieure. -Pas de corrélation entre l’impotence fonctionnelle et l’atteinte anatomique. EXAMEN DE L’EPAULEExamen "programmé" de lépaule => diagnostic lésionnel précis. -Toujours le même schéma. -Examiné déshabillé. -Symétrique et comparatif. Inspection : -Regarder le patient se déshabiller. -Asymétrie de hauteur des deux épaules. -Attitude antalgique. -Oedème. EEXAMEN DE L’EPAULE ( suite)Reliefs musculaires. Articulations acromio-claviculaires ; sterno-claviculaires ;scapulo Thoracique . Paralysie :du nerf axillaire devant latrophie du deltoïde. :du nerf sus-scapulaire devant latrophie des fosses supra et/ou infra- épineuses. :du nerf thoracique long (muscle dentelé antérieur du thorax) devant un décollement du bord médial de la scapula (pseudo-scapula-alata). - Luxation sterno- costo claviculaire. - Luxation acromio claviculaire. -Rachis cervico dorsal PALPATIONRecherche les points douloureux: Sillon delto-pectoral. En regard de la pointe de la coracoïde. Le long du sillon inter-tuberculaire. Articulation sterno-claviculaire. Articulation acromio claviculaire. (touche de piano) Postérieur. MOBILITE1)Mobilité active Mouvements simples: - Flexion (ou antépulsion ou élévation antérieure). - Extension (ou retropulsion). - Abduction (ou élévation latérale). - Adduction. - Rotation médiale. - Rotation latérale. Ces deux derniers mouvements peuvent être réalisés coude au corps ou bras à 90° dabduction. Mouvements combinés : (main-bouche, main-front, main-nuque, main-vertex, main-épaule opposée, main-fesse, main-dos, main-scapulum). MOBILITELa perte de lélévation active : - Une paralysie vraie. -Une pseudo paralysie dune rupture de coiffe. Recherche d’un« arc douloureux", compris entre 60 et 120°. - Accrochage surtout à la redescente du bras. - Au-delà de 120° oriente => pathologie de larticulation acromio claviculaire. Etude du rythme scapulaire: Rupture de la synchronisation des articulations scapulo-thoracique et scapulo-humérale (inversion de rythme). MOBILITE2)Mobilité passive : La rotation latérale est étudiée coude au corps. La rotation médiale est étudiée par la manoeuvre main-dos (distance pouce-C7). Labduction passive est étudiée en maintenant le bord libre de la scapula (compensation scapulo-thoracique). + Examen neuro. à la recherche dun déficit sensitivomoteur Examen vasculaire (TA et pouls). Examen général. IMAGERIE Dans tous les cas : radio standard Suspicion de rupture de coiffe : radio standard + / - échographie. Echec du traitement après plusieurs mois : arthroscanner ou IRM. PATHOLOGIES DE L’EPAULE:EPAULE TRAUMATIQUEDirecte: -Chute sur le moignon de l’épaule => # clavicule / # extrem. sup. de l’humérus/ # omoplate. -Chute sur la partie post. ext. de l’épaule => luxation A.I. de la GH. -Chute sur la partie post. de l’épaule => # omoplate.EPAULE TRAUMATIQUE (SUITE)2)indirect: sur coude/main . -Luxation A.I. de la GH : chute en ADD+RE+retropulsion. -# extr. Sup. de l’humérus. -# Du col chirurgical. -Décollement epiphysaire chez l’enfant. 3)par contraction violente contrariée : -Arrachement de la coracoïde / court biceps ; thoraco brachial ; petit pectoral. -# De la pointe de l’omoplate sur contraction du grand dorsal. -# De l’^ super -int / l’angulaire. -# De la clavicule / contraction simultanée des grand pectoral et SCM. -# Du trochin/sous scap. -#du trochiter / supra épineux. L’ EPAULE (suite)1 acromio claviculaire. Pathologies : Entorse – luxation. : Arthropathie micro traumatique. : Ostéolyse du ¼ externe de la clavicule. : Arthrose. ACROMIO CLAVICULAIRE Les principaux ligaments sont extrinsèques: Trapézoïde et conoïde (clavicule / coracoïde)= centre mécanique. Absorbe les divergences de mouvements entre clavicule et scapula. Intervient surtout quand le bras va en HT et AVT. A) Entorse – luxation. 3 stades (ou grades) : 1er stade (entorse) distension ou rupture partielle des ligaments acromio-claviculaires. Douleur++ La stabilité est normale. 2ème stade :( sub-luxation) avec rupture des ligaments acromio-claviculaires, mais respect des ligaments coraco-claviculaires. Douleur +++. Diminution de l’abduction; saillie en marche d’escalier (+/- nette).ACROMIO CLAVICULAIREACROMIO CLAVICULAIRE ( suite)3ème stade : (luxation) Tous les ligaments sont rompus. touche de piano irréductible. RX :clichés de face ,comparatif. -(incidence de la sieste). -bras en Abd. extrême. Traitement : 1er stade : Médico-ostéopathique. 2ème stade : Idem. 3ème stade : Chirurgical ou abstention. ACROMIO- CLAVICULAIRE ( suite)B) Arthropathie micro traumatique: Affection dégénérative liée à la pratique intensive de sport (hyper utilisation ). Progressive. Irradiations : région cervico-trapézienne. Décubitus homolatéral douloureux. Cross Body Adduction test >>0 Douleur à la palpation de l’articulation acromio claviculaire +tuméfaction. Stabilité de l’articulation. RX: géodes, uniquement sur le versant claviculaire de l’articulation, interligne conservé. Traitement : Repos de 3 à 6 mois.IMAGERIEACROMIO CLAVICULAIRE (fin)C) ostéolyse du ¼ externe de la clavicule: affection qui touche les sportifs. lyse de l’extrémité externe de la clavicule en « sucre d’orge » (de quelques mm à quelques cm). suites d’un traumatisme :délais variables. patho d’origine vasculaire. Clinique: augmentation du volume péri articulaire. Douleur. Impotence fonctionnelle. D) Arthrose: RX: géodes sur les deux versants de l’articulation, ostéophytes, diminution de l’interligne articulaire. STERNO COSTO CLAVICULAIREArticulation en selle. Présence d’ un fibro cartilage. Entorses et luxations: : Stade 1: déchirure partielle des ligaments sterno claviculaires. Instabilité=0 Stade 2 : rupture des ligaments sterno claviculaires, ligament costo chondro claviculaire intact. Traction sur le bras entraîne la douleur. Tiroir antero postérieur (léger). Stade 3: -rétro (si la chute se fait le bras en ante pulsion). -pré sternale (bras en retropulsion). -sus sternale. Douleur ++++. RX inutile ( sauf pour 3). Traitement : Stades 1 et 2: fonctionnel + osteo. Stade 3: indication chirurgicale ( patient jeune).STERNO COSTO CLAVICULAIRE (suite)Arthropathie de type dégénérative: -Lésions traumatiques antérieures. -Tuméfaction. -Limitation ABD. -Cassure du rythme scapulo-huméral. RX : scanner. Arthrite sterno-costo-claviculaire: -Inflammation locale. -Traitement médical et/ou osteopathique. EPAULE TRAUMATIQUEFracture de la clavicule : Choc indirect (80%). Choc direct (ceinture de sécurité). Attitude des traumatisés du membre supérieur. Tuméfaction de la région medio claviculaire. Moignon de l’épaule abaissé. Comblement du creux sus claviculaire. Complications exceptionnelles: -lésion cutanée+ -Neurologique. - Vasculaire. -Pneumo thorax. -RX. FRACTURES DE LA CLAVICULE (suite)Fractures du tiers moyen (75%): -Chevauchement. -Troisième fragment. Fractures du tiers externe (20%). Fractures du tiers interne (5%°). -Chez l’enfant : fracture en bois vert. Traitement : -Antalgique. -Mayo clinique. Traitement chirurgical: exceptionnel.LUXATION de la GLENO HUMERALEStabilité assurée par : · Les structures osseuses : la tête humérale rétroversée de 30°, la glène antéversée de 15 °. · Les éléments passifs : · Le bourrelet glénoïdien, fibrocartilage (= ménisque) La capsule articulaire + 3 ligaments gléno-huméraux. Le ligament gléno-huméral inférieur +++ pour la stabilité antérieure. + la partie antéro-inférieure du bourrelet glénoïdien =un véritable verrou ligamentaire sopposant à la luxation antérieure en ABD/ R.E. · Les éléments actifs : muscles de la coiffe des rotateurs muscle sous-scapulaire +++ (=véritable barrière musculaire antérieure). + contrôle proprioceptif Linstabilité de lépaule peut se manifester essentiellement dans 3 directions, antérieure, posté­rieure et inférieure. Correspondant à des situations très différentes, nous les envisagerons suc­cessivementLUXATION ANTERO INTERNE de la Gleno Humeralela plus fréquente des luxations de lépaule (95%). Mécanisme Chute sur le bras en ABD+RE+EXT, ou geste d’armer contrarié -Douleur syncopale, impression de déboîtement -Impotence fonctionnelle totale. -Abduction irréductible. (signe de BERGER). -Coup de hache externe ou dépression sous-acromiale. Signe de l’épaulette avec perte du galbe normal de lépaule traduisant la vacuité de la glène. - Augmentation du volume antero.-post. de l’épaule.. - Vide sous –acromial. -La tête humérale est palpée dans laisselle ou dans le sillon delto-pectoral RX: lésions associées. -Examen neuro –vascu. -Récidives. Traitement: -Réduction: immédiate ,tardive ( bloc). -Immobilisation ( durée dimmobilisation dépend de lâge) : · 6 semaines avant 20 ans, · 3 semaines après 20 ans, · 10 à 15 jours après 30-40 ans suivant les cas. + reeducation. LUXATION ANTERO INTERNELUXATION POSTERIEUREChute en avant +bras à 90°+R.I. Mécanisme de R.I.: la tête va en ARR / glène=> déficit de R.E. RX :profil axillaire (fracture tête humérale svt associée. Traitement: Réduction sous A.G. + Immobilisation: 3 semaines.EPAULE TRAUMATIQUE (suite)SLAP lesion (superior labrum anteroposterior lesion): Désinsertion du bourrelet glénoïdien autour de l’insertion de la longue portion du biceps. Lésion rare, survenant chez les jeunes sportifs pratiquant un sport de lancer. Mécanisme par étirement ou compression de l’épaule par chute en ABD Retropulsion R.I. Signes cliniques : douleurs antero-sup. +/- instabilité. RX: normale. Diagnostic: arthro-scanner=> TT chir. Penser lors des traumas aux : fractures du trochiter, du trochin, scapula, et aux lésions du plexus brachial.IMAGERIEDésinsertion Du bourreletPROTHESE d’ EPAULENécessaire dans trois grandes circonstances: : - Certaines fractures complexe . L’arthrose sans rupture de la coiffe= Omarthrose centrée. L’arthrose de l’épaule avec rupture de la coiffe des rotateurs = omarthrose excentrée. IMAGERIEFractureIMAGERIEOmarthrose centréeIMAGERIEOmarthrose excentréeEPAULE MICRO TRAUMATIQUEA) Tendinite du biceps : -Palm up test : Extension supination du coude, résistance contre l’élévation du membre supérieur.=> douleur. Sensibilité 63% spécificité 35%. +Douleur à l’étirement, épaule en rotation interne coude en pronation et extension. +Douleur à la palpation de la coulisse (à 30° de Rotation externe) bicipitale en dehors de la coracoïde. Rupture du long biceps: boulle molle face ant du pli du coude,visible si contraction contrariée. -Echo ; IRM.EPAULE MICRO TRAUMATIQUE ( suite)-B )Tendinite du sous-scapulaire : Les lésions isolées sont rares. Douleur lors de la R.I. contre résistance. Test de GERBER«Lift-off-test » : Main dans le dos, on décolle la main en tenant le coude fléchi à 90° et à 10cms du dos: tenir la position. Si la main frappe,comme un ressort, le dos = rupture. Plus spécifique si poussée contre résistance. Spécificité et sensibilité 100% si rupture complète. Le PRESS BELLY TEST: Appui de la paume de la main sur le ventre en décollant le coude du corps: impotence majeure (épaule gelée). EPAULE ENRAIDIE Traitement classique: En phase algique: les antalgiques et les A. I. N. S. le plus souvent inefficaces. Administration de calcitonine(de bêtabloquants, de griséofulvine... defficacité inconstante). Des infiltrations cortisoniques peuvent être proposées. Pas de thérapeutique agressive y compris kinésithérapique. En phase de rétraction capsulaire: rééducation fonctionnelle ++ Dans certains cas exceptionnels: mobilisation sous anesthésie générale peut être proposée. TRAITEMENT Osteo :Mécanique (local ;à distance). : Viscéral (2iem duod). : Neuro vasculaire. :Techniques cranio sacrées…. EPAULE ENRAIDIEEPAULEEPAULE de CONFLITEPAULE DE CONFLITLes éléments du conflit : - La voûte acromiale + le ligament acromio-coracoïdien. - La coiffe des rotateurs :. séparée de lacromion et du ligament acromio-coracoïdien par: - La bourse sous-acromiale qui ne communique pas avec larticulation gléno-humérale. -Le tendon du long biceps qui passe entre trochiter et trochin. 3 stades des lésions de la coiffe ou du long biceps : Stade 1 : œdème et hyperhémie. Véritable tendinite Stade 2 : dégénérescence tendineuse et fibrose. Tendinose avec micro rupture des fibres collagènes. Stade 3 : Perforation et / ou rupture. Faisant communiquer la bourse sous-acromiale avec larticulation gléno-humérale. Phase de récupération spontanément progressive => une guérison en 6 à 24 mois, améliorée par le traitement +/- séquelles  Epaule de type syndrome algo neuro dystrophie réflexe. Indication à un traitement en ostéopathie++. Facteurs favorisants: Alcool , diabète, les traumas ,les affections cardiaques, neuro viscérales …. EPAULE DE CONFLITEPAULE CONFLICTUELLEA) Conflit sous acromial : :1) Antero. sup. : entre le sus épineux et l’artic. A.C. + ligt Acromio-coracoidien => bursite sous deltoïdienne =>atteinte du supra et infra épineux et du biceps= EDCAS :2) Antero. int. : oppose le trochin et le sous scap à l’apophyse coracoïde =>atteinte de la bourse sous coracoïdienne => atteinte du sous scap.= EDCAI Mécanisme: Bursite=> tendinite=>tendinose=> rupture (augmentant avec l’age). Test de NEER : =>EDCAS(contre test ,main en supinationEDCAS Cross Add test et YOCUM => EDCAIAccrochage douloureux3 stades évolutifs(NEER) Stade (avant 25 ans): « Impingement syndrom » surcharge mécanique => dégénérescence=> rupture du tendon. facteurs dégénératifs intrinsèques liés au vieillissement du tendon. facteurs vasculaires ("zone critique" mal vascularisée proche de linsertion du supra épineux) Test de Hawkins. Test de Neer. dans le temps=>tendinite du long biceps. Radio de face : ascension de la tête humérale. Echographie : suffusion hémorragique qui montre qu’il est en souffrance. Traitement : ostéopathie et rééducation. ACCROCHAGE DOULOUREUX (suite)Stade II (entre 25 et 40 ans) Atteinte du : -Supra épineux. -Long biceps. -Bourse séreuse sous acromio deltoïdienne. Recrudescence nocturne. douleur à l’abaissement du bras à partir de l’horizontale. Sensibilité de l’acromio claviculaire, limitation des amplitudes articulaires. Test de Neer : + + + Test de Hawkins : + + + Echographie : fibrose dégénérative du tendon.ACCROCHAGE DOULOUREUX ( FIN)Stade III (plus de 40 ans) Tendinites récidivantes. Gestes de la vie quotidienne diminués. Recrudescente nocturne fréquente. Atrophie du supra et infra épineux. Mobilité passive reste normale. Déficit ABD ; R.E.. Acromio claviculaire atteinte. Radio : ascension de la tête humérale, remaniement du trochiter. Un espace sous acromial0++. Scanner, arthro scanner. Traitement chirurgical.LES TESTSTest de NEER: contact entre les tendons de la coiffe et le tiers inf. de l’acromion et le ligt. Acromio coracoïdien  conflit antero supérieur. Sensibilité 89%. Test de HAWKINS- KENNEDY: La rotation médiale amène le tubercule majeur sous le ligament acromio coracoïdien et le tubercule mineur au contact du processus coracoïde.  conflit antero supérieur ou le conflit antérieur coracoïdien. Test de YOCUM: (discuté). Conflit dabord entre le tubercule majeur et le ligament acromio coracoïdien puis avec une éventuelle ostéophytose inférieure de larticulation acromio claviculaire  conflit antero sup ou int. Sensibilité 78%. TESTSTESTS (suite)Test de GILCREEST : Résistance à l’abaissement  tendinite. Ressaut douloureux  instabilité du tendon. Impotence  rupture de la coiffe sans préciser sa nature. Si impotence au GERBER  rupture du sous scapulaire. Si impotence au JOBE  rupture de tout le supra épineux. Si seul impotence de GILCREEST  petite rupture du ligament coraco huméral ou partie toute antérieure du supra épineux. EPAULE NEUROLOGIQUENerf du grand dentelé: Douleurs: face postérieure de l’épaule. Profondes, sourdes, lancinantes, insomniantes, irradiantes. Augmentation nocturne. Gêne à l’élévation antérolatérale. Fatigabilité anormale du bras. Test de pompe contre un mur pendant 20 sec =>décollement de l’omoplate. E.M.G. Repos absolu pendant 3 à 6 mois. Rééducation + + + et reprise progressive.EPAULE NEUROLOGIQUE (suite)Nerf du sus scapulaire: Douleur dans les fosses sus et sous épineuses. Déficit d’abduction et de rotation externe. Deux manœuvres aggravantes : La pression manuelle directe au niveau de l’échancrure coracoïdienne. Le cross ADD. test.>0 R X. E.M.G. Repos sportif de 3 à 6 mois. Rééducation. Reprogrammation sportive. Le nerf circonflexe :par fracture ou luxation de la claviculeEPAULE INSTABLE3 notions: -Post trauma ? -Luxation Glèno Humérale? -Spontanée ou provoquée ? Examen clinique  reproduire la sensation d’instabilité. Tests sur l’instabilité: -Test d’appréhension: en ABD + Rot ext. (test de l’armer).+ poussée ant.post. >0  instabilité AV. Fulcrum test: DD,épaule en débord de table + ABD 90° Relocation Test: même test mais poussée antero post. pour recentrer le tête  disparition de l’appréhension. Test d’appréhension en antépulsion 90°+ABD légère+ Rot int. >0  instabilité AR ou appréhension. Test sur les laxités: Signe du sillon. >0  dépression sous acromiale + importante. TESTSTESTSEPAULE INSTABLE ( suite) Examen complémentaire: Radiographie standard de profil axillaire de BERNAGEOT. 3 signes : -Usure du rebord inf. de la glène. -Arrachements osseux. -Encoche sur la partie AR de la tête.EPAULE INSTABLE4 tableaux cliniques: Post traumatique : manœuvre d’appréhension +++ signe du sillon =0. Un trauma initial avec sub luxation réduite puis installation de l’instabilité : les tests d’appréhension + ;le sillon + Notion traumatique=0, manœuvre d’appréhension = 0, : test du sillon +. L’épaule douloureuse du sujet jeune : avec lésions péri articulaires, par le décentrage de la tête humérale. test d’appréhension +,  Examens complémentaires : IRM, scanner.RESUMEDevant une douleur d’épaule: Localement: Acromio claviculaire, sterno-costo-claviculaire. Aiguë ;enraidie ; conflictuelle. Traumatique : L.A.I.; lésion du bourrelet. -Atteintes viscérales: Cœur; poumons. Estomac; Pancreas. Vésicule biliaire ; Foie .  épaule globalement enraidie, caoutchouteuse. - Atteintes mécaniques : à distance (cervico dorsales…) - Atteintes neurologiques.EXAMENS COMPLEMENTAIRESDIAGNOSTICS DIFFERENTIELS N.C.B. Canal carpien. Syndrome du défilé. Epicondylite. Epitrochléite. Syndrome de ParsonageTurner. Douleur projetée de l’épaule. PARSONAGE TURNERNeuropathie du plexus brachial. Incidence 1 cas pour 60.000. Pic 30/50 ans. Sexe masculin. Douleur brutale aiguë de lépaule quelques heures à 15 jours. Suivie dune paralysie flasque. Etiologie: inconnue. Facteurs favorisants : Infection, traumatisme, chirurgie, immunisation et mécanismes auto-immuns. Traitement symptomatique : Analgésiques + kinésithérapie. Pronostic : 75% guérison complète dans les deux ans.EPAULE CHRONIQUEPlace de l’examen clinique+++ Interrogatoire Inspection/ palpation Examen des mobilités ( active ; passive) Testing Pathologies de coiffe mecanique infectieuse inflammatoire Capsulite retractile Autres articulations A distance(meca ;neuro; vascu.)L’EPAULE CHRONIQUEChez le sujet jeune de moins de 40 ans :les ruptures partielles de la face profonde du tendon du sus épineux, spontanées ou post-traumatiques, => traitement médical (antalgiques, AINS, kinésithérapie, repos sportif). Chez le sujet de plus de 40 ans: même traitement. Après un an en cas déchec : acromioplastie sous arthroscopie pour décompression du tendon. Les ruptures partielles de la face superficielle du tendon si échec du traitement médical => acromioplastie sous arthroscopie mais si la lésion est trop marquée: suture à ciel ouvert indiquée. Les ruptures intra tendineuses: plus rares ; diagnostic plus difficile. Une perte de force avec fatigabilité peut persister après lintervention++.IMAGERIEIMAGERIEEcho d’une ruptureIMAGERIESCANNER Rupture partielleL’EPAULE CHRONIQUE ( suite)Après 50 ans: pas dindication opératoire systématique. Le traitement : AINS+ physio kinésithérapie, 2 ou 3 infiltrations. Si échec: traitement chirurgical chez le sujet motivé. Lacromioplastie, avec rééducation plus courte, envisagée chez le sujet plus âgé, => suppression de la douleur mais sans récupération de la force. Une réparation à ciel ouvert peut être réalisée chez le sujet un peu plus jeune, + rééducation plus longue sur 6 mois. En cas de rupture du tendon du infra épineux: la dégénérescence graisseuse du muscle, facteur de mauvais résultat chirurgical:appréciée par arthro scanner. La présence de calcifications peut bénéficier dun traitement médical par infiltration le plus souvent, ou dun geste de ponction lavage ou dablation arthroscopique. Utilité++ des traitements osteopathiques associé à la kinesitherapie. LESIONS OSTEOPATHIQUESAcromio claviculaire: Sus acromiale: trauma. Strapping. Rotation antérieure :mouvt. de retropulsion forcée, ,chute sur le moignon de l’épaule,port de charges lourdes=> spasmes du trpz. Sup.;du Gd. Pect.;du Delt. Ant.+ K1=> dimin. Rot + LF Homol. Doul en ABD +RE + FL >90°. Rotation postérieure :mvt. En Antepulsion forcée au dessus de90° ; chute face ant. de l’épaule. => spasme du Trpz Sup. :+ K1 => dimin. Rot+ LF contro lat. LESIONS OSTEOPATHIQUES ( suite)Sterno costo claviculaire: Pré sternale: traction sur le bras en retropulsion;chute sur l’épaule ,lever de charges lourdes=> spasme du SCM+ K1. Limitation de l’antépulsion. Sus sternale: traction sur le bras;chute sur l’épaule ,port de charges. lourdes=>spasme du SCM+ K1=> dimin. Rot + LF homolat. Limitation de l’ABD >90°. Rétro sternale: rare choc direct. LESIONS OSTEOPATHIQUES ( suite)Glèno humérale: Tête humérale antérieure: chute en AR avec réception sur la main. RI associée +/- infériorité => -tension des Ligts coraco et glèno Huméraux -Tendinite Biceps Tête humérale supérieure : chute sur la main ou le coude Imbrication sur le bourrelet=> atteinte Bourse SAD Tendinite Supra épineuxLESIONS OSTEOPATHIQUES ( suite)Lésion de rotation externe Lésion de rotation interne Lésion en Abduction Lésion en Adduction Technique de decoaptation Réduction d’une L.A.I. de la G.H. Réduction d’une sub luxation du tendon du long biceps
Ce document vise à informer la diffusion à des fins uniquement, ne représentent pas les vues et positions de cette identité, et l'identification de l'ensemble des faits.
...... 对我有用
L' EPAULE

html   Rapide Voir
←Luxations de l'épaule - Pulp Synth ¿se de DPSdocx - mediawixcom mediawixcom→
Similaires Document Récentes